Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Planchand Cyril
  • Technicien mouleur, restaurateur, formateur à E.P.C.C. C.E.R.P. Tautavel de février 2000 à décembre 2013. 
Technicien mouleur, restaurateur, formateur à U.P.V.D. (Université Perpignan Via Domitia) depuis Janvier 2014 rattaché au C.E.R.P. de T
  • Technicien mouleur, restaurateur, formateur à E.P.C.C. C.E.R.P. Tautavel de février 2000 à décembre 2013. Technicien mouleur, restaurateur, formateur à U.P.V.D. (Université Perpignan Via Domitia) depuis Janvier 2014 rattaché au C.E.R.P. de T
12 mai 2012 6 12 /05 /mai /2012 11:26


-Matériaux utilisés :

 

Moulage :

-modelin past

-boue de paraloïd (sédiment et paraloïd B72 diluer a 10% d’alcool éthylique)

-paraloïd B72 (diluer a 5% d’acétone)

                -alcool polyvinylique

                -plastiline

            -RTV 3320

            -catalyseur 44R

            -thyxotropant PC12

            -graisse de vaseline

 

Tirage :

 

            -résine rencast FC50

            -colorant concentré universel

                        -sienne

                        -noir

 

Patine :

 

            -gomme laque

            -alcool éthylique

            -pigment naturel

            -medium acrylique

 

-préparation avant moulage :

 

            -nettoyage :

 

La première chose à faire avant chaque moulage d’original est de le nettoyer pour avoir une empreinte qui soit le plus précise possible. 

Le crâne était recouvert d’un vernis très épais qui n’a pas était identifié et qui n’a pas beaucoup pénétrait la surface lamellaire de l’os. Il part avec de l’alcool éthylique à 95°..

 

            -bouchage des parties manquantes :

 

Le crâne doit être préparé avant le moulage. Il faut boucher les fissures qui pourraient permettre au silicone de s’infiltrer dans les parties spongieuses de l’os. Ces fissures sont bouchées avec de la boue de paraloïd. (mélange de sédiment et de paraloïd B 72 diluer à l'alcool éthylique à  95°).

Certaines parties manquantes du crâne compliquent énormément le travail et présentent des risques importants de casse lors du moulage. Elles seront donc bouchées avec de la modelin past.

 

            -consolidation :

 

Le crâne est dans un très bon état de conservation et présente peut de risque de casse. La consolidation ce fait au paraloïd B72 dilué dans l’acétone. Trois couches sont passées sur toute la surface du crâne.

Quelques endroits toutefois restent délicats. Sur le zygomatique gauche et sur une surface d’environ 2 cm² la matière spongieuse de l’os est visible, il est nécessaire de porter à cet endroit plus de soin dans la consolidation, plusieurs couches de paraloïd supplémentaires sont appliquées sur cet endroit jusqu’a ce que les alvéoles soient bouchés sans avoir perdu leurs reliefs.

Les dents demandent elles aussi un soin particulier. Les canines ne tiennent pas dans leurs alvéoles, et toutes les autres dents bougent dans leurs logements. Les canines sont recollées à la colle universelle, le vide compris entre les canines et les alvéoles sont bouchés à la boue de paraloïd pour éviter toute infiltration du silicone. Pour les dents qui bougent, du paraloïd est injecté entre l’alvéole et la dent, ceci suffit à les fixer. Les vides sont comme pour les canines, bouchés à la boue de paraloïd.

 

Application du démoulant :

 

Le démoulant utilisé est de l’alcool polyvinylique. Trois couches sont appliquées, il est important d’attendre que la première couche soit sèche avant de passer la seconde.

Le démoulant va former une couche de quelque micron sur la pièce et n’altérera pas sa texture. Au démoulage la fine couche d’alcool polyvinylique ce décollera facilement de la pièce pour rester sur le silicone. Le démoulage s'en trouve facilité et les risques de casse sont réduits.

 

-Préparation du socle :

 

Il est préférable de fabriquer un socle qui supportera la pièce et nous permettra aussi d’utiliser moins de plastiline.

La partie qui supportera la pièce doit être molle. Elle va servir à amortir le poids du moule qui va ce reporter sur la base de l’original. Elle sera en polystyrène.

La partie qui servira à utiliser moins de plastiline sera en bois et fixer sur une planche qu’il sera possible de bouger tout au long du travail de moulage.

 

Détermination du plan de joint :

 

Le plan de joint est définit en suivant un raisonnement pratique et par soucis de sécurité.

Nous choisissons l’emplacement qui nous permettra de limité au maximum les efforts que devra subir la pièce au démoulage.

La position du plan de joint va aussi déterminer la façon dont devra être fait le tirage et si le moule doit comporter une chapette de coulé ou non.

Ce moule pourra être tiré sans chape de coulé, simplement en deux parties. La partie supérieure du moule étant suffisamment importante pour accueillir la résine nécessaire au tirage, qui ce fera par roto moulage.

 

152 5284

 

Préparation du plan de joint :

 

Le plan de joint ce prépare avec de la plastiline. Elle doit formée un plan horizontal et lisse tout autour de la pièce, aux endroits décidés pour son passage.

La jointure entre la plastiline et la pièce doit être parfaite. Aucune bavure de plastiline ne doit remonter sur la pièce.

 

Canal et plot de recentrage :

 

Le canal de recentrage doit être creusé à l’aide d’une mirette ronde tout le long du plan de joint et à une distance qui peut varier de 5 mm à 1 cm de la pièce. Moins le canal est loin du plan de joint plus nous économiserons de silicone.

Les plots, eux, sont creusés à l’intérieur du canal à l’aide d’un outil conique et tout les 3 à 5 cm. Ils font servir comme le canal à caler les deux membranes entre elles au moment du tirage.

   

 153 5307

153 5308

 

-silicone et chapette en coton première partie :

 

            -première couche :

 

La première couche de silicone est celle qui va prendre l’empreinte, elle est donc, la plus importante. Elle sera appliquée au pinceau pour éviter tout risque de bulle et d’emprisonnement d’air au niveau de l’empreinte. Le silicone doit être au maximum de ces propriété et le plus fluide possible afin de pénétrer dans les moindres détails de la texture de l’objet. Pour ces raisons il ne sera pas thixotropée.  Etant très fluide la première couche coule vers le plan de joint, hors, une couche de silicone trop importante à ce niveau, comme ailleurs,  peut compliqué le démoulage. En effet, plus la masse de silicone est importante et plus il perd ces propriétés élastiques. Il est donc nécessaire d’enlever le superflu dans tout les creux et tout autour du plan de joint afin de contrôler tout au long du moulage l’épaisseur de silicone.

 

 153 5328

153 5332

 

 

 -deuxième couche :

 

Elle est moins importante que la première couche et doit moins couler afin de recouvrir les arrête de la pièce que la première couche, laisse apparaître. Pour cela elle sera thixotropée à 1/1000 de thixotropant P.C. 12 et toujours appliqué au pinceau. Elle doit être teintée afin d’être sur qu’elle est appliquée sur toute la surface.

 153 5353

153 5360

                                 

            -troisième couche :

 

La troisième couche va servir à consolider la membrane encore trop fine pour être démoulée sans se déchirer. Elle est aussi thixotropée et appliquer au pinceau. Avant le séchage de la couche, nous collerons aux endroits ou les efforts serons important au démoulage et ou seront placé les chapette en coton,  une trame de verranne qui servira à consolider le silicone et éviter les déchirement au moment du démoulage. La verranne est collée à l’intérieur et à l’extérieur des zygomatiques et à l’intérieur du museau.

 

            -chapette en coton :

 

Pour combler les contres dépouilles peut importante nous utilisons du coton. Il est mis en place aux endroits présentant des contres dépouilles et ayant étaient consolidés avec la verranne.

 

            -quatrième couche

 

La quatrième couche va servir à finir de consolider la membrane et à inclure le coton dans celle-ci. Elle est appliquée au pinceau et une attention toute particulière doit être apportée aux endroits des chapettes en cotons pour éviter leurs effondrements. Elle est thixotropée.

 

-plot

 

Des plots en silicone, découpé dans de vielles membrane sont collés à différent endroit du crâne et vont servir à maintenir le silicone en place dans les chapes. Ils doivent présenter des biseaux sur leurs quatres cotés apparents et ne pas former de nouvelles contres dépouilles.

 

 

-chapette en plâtre :

 

            -tracé des chapettes :

 

Des chapettes en plâtre sont nécessaires pour les contres dépouilles importantes. Les endroits ou elles doivent être bâtis sont repérés, tracés et graissé à la graisse de vaseline. Elles seront positionnées à l’intérieur des orbites et du museau.

 

            -chapette

 

Elles sont bâtit en plâtre et de façon à éliminer toutes les contres dépouilles. Des creux sont creusés à la spatule sur leurs faces, ils serviront à  maintenir les chapettes dans les chapes. Une fois le plâtre pris, elles sont enlevées et ébavurées avant d’être remises en place.

153 5395

153 5397

 

-Découpage du silicone :

 

L’excédant de silicone est découpé sur le plan horizontal du moule, un peut en retrait du canal de recentrage de façon à laisser une surface de plastiline d’environ 1 cm tout autour de la membrane, qui servira de support aux chapes et leur permettra de bien jointer entre elle.

 

-chape en plâtre :

 

Malgré les chapettes en plâtre et en coton, le moule présente encore de grosses contres dépouilles. La solution la plus appropriée consiste à bâtir plusieurs chapes qui démouleront toutes dans une direction différente. Pour la partie supérieure de ce moule, il est nécessaire de fabriquer quatre chapes.

Les chapes sont, comme pour les chapettes en plâtre, tracé avant d’être bâtit.

Les chapes sont fabriquées une par une.

Un mur de plastiline est levé aux endroits décidé de la séparation des chapes. Il doit être de l’épaisseur que devra avoir la chape en plâtre pour être assez solide tout en gardant un poids raisonnable. Des plots taillés en biseau sur les trois cotés qui se trouvent vers l’intérieur du moule sont posés tout au long du mur et sur de la surface horizontale du moule concerné par la chape.

Toutes la surface du moule qui va êtres en contact avec le plâtre doit êtres graissée à la graisse de vaseline.

Le plâtre peut enfin être bâtit. Il peut l’être en plusieurs fois. Il est plus facile de gérer l’épaisseur de la chape en travaillant par fine couche. On peut, soit attendre que le plâtre commence à peine à prendre pour recommencer à travailler par dessus, ou attendre qu’il soit complètement prit. Dans ce cas il est nécessaire de le griffer et de bien l’humidifier.

Il est indispensable de rajouter des plots en plâtres sur la chape afin de faciliter la prise des élastiques qui serviront à fermer le moule au moment du tirage.

 153 5400

154 5408

154 5413

 

La même opération est faite pour les trois chapes restantes.

 

154 5422

154 5423

154 5426

154 5428

154 5430

154 5436

 

-silicone et chapette en coton deuxième partie :

 

 Après avoir attaché les chapes entre elle, le moule est retourné et toute la plastiline est enlevée. On voit apparaître le plan de joint, les canaux, et les plots de recentrage.

Il est indispensable de nettoyer au maximum toute la plastiline qui a put rester tout autour du plan de joint et sur la pièce.

 154 5462

 

 

-Traitement des canines :

 

Les canines, si elles sont traitées comme le reste du crâne, présentent de gros risques de casse au démoulage. Pour éviter cela, nous prévoyons un plan de joint de bas en haut des deux canines. Ce plan de joint permettra de démouler sans dommage.

On monte un mur en plastiline sur chaque dent. On prépare la jointure entre l’objet et la plastiline de la même façon que pour le premier plan de joint. La plastiline doit former un plan perpendiculaire à la dent. On rajoute des canaux de recentrage et des plots.

 154 5468

 

-première couche :

 

Une fois la pièce et le plan de joint nettoyé, le plan horizontal formé par le silicone est graissé à la graisse de vaseline. Il est important de bien graisser les plots qui sont maintenant en relief. La couche de vaseline doit être fine et ne doit pas déborder sur la pièce.

 

Le silicone est appliqué sur la pièce comme pour la première partie, avec un  pinceau. Il n’est pas thixotropée pour la première couche, et est catalyser à 4%. Pour l’avant du crâne, au niveau des canines le silicone n'est appliqué que d’un coté des canines, sur la face ou à était préparer le plan de joint. L’arrière n’est pas fait pour l’instant.

 154 5472

154 5478 rec

 

            -deuxième couche :

 

La deuxième couche est thixotropée à 1/1000, catalysée à 4%, teintée et étalée au pinceau. Les mêmes précautions que pendant la première couche sont prises au niveau des canines, le silicone est appliqué seulement du coté  du plan de joint.

 

            -troisième couche :

 

La troisième couche est thixotropée à 1/1000, catalyser à 4%. Elle n’est pas teintée et appliqué comme les couche précédentes, partout, sauf à l’arrière du plan du joint des canines.

 

            -chapette en coton :

 

Certain endroits nécessite, comme pour la première partie, l’emploi de chapes en coton qui vont permettre de limiter le nombre de chapes nécessaire.

Elles seront placé au niveau des articulations des condyles mandibulaires.

Elles seront faites comme celle de la première partie du moule.

 

            -quatrième couche :

 

la quatrième couche est thixotropée et catalyser comme les couches précédentes. Elle est teintée, et appliquée partout sauf au niveau des canines. Un soin particulier est porté sur les points ou sont positionnées les chapes en coton.

 

            -chape des canines :

 

                        -découpage du silicone :

 

Avant de faire la chape, on doit préparer la portée qui va la recevoir. Pour cela, on procède au découpage du superflu de silicone sur la portée de plastiline. Il faut dégager un espace d’au moins 5mm qui nous permettra ensuite de placer des plots taillés en biseau sur les trois faces qui vont ce présenter à l’intérieur du moule.

 

 -chape :

 

Une fois les plots disposés et après avoir graissé la membrane et la plastiline la chape peut être bâtit. nous suivrons au maximum la forme de la membrane pour éviter que le moule ne soit trop lourd.

 155 5501

 

 -silicone de la partie postérieure des canines

 

Quand le plâtre a prit, nous enlèvons le mur de plastiline qui supporte le silicone, nous graissons le silicone du coté ou l’élastomère n'a pas été appliqué et nous repassons quatres couches aux endroits laissés de coté tout à l’heure.

 155 5508 rec

 

-autres chapes de la seconde partie du moule:

 

Deux autres chapes sont nécessaires, elles sont tracées sur la membrane.

 

            -deuxième chape :

 

Comme pour la première partie du moule, un mur est monté de l’épaisseur que devra avoir la chape. Des plots y sont insérés et toute la partie où va porter la chape est graissée. La chape est bâtit de la même façon que pour les chapes de la première partie

 155 5506

155 5509



            -troisième chape :

 

Elle est bâtit entre les deux chapes déjà construites. Comme les opérations précédentes, de la graisse de vaseline est passée partout ou va être bâtit le plâtre.

 155 5510 rec

 

Démoulage :

 

Le démoulage d’un original est toujours délicat, et doit être fait avec attention. La pire chose qu’il puisse arriver dans le moulage d’un original n’est pas de rater le moule, mais de casser la pièce.

 

La première étape du démoulage consiste à enlever les chapes une par une, puis c’est le tour des chapettes en plâtre. Vient ensuite le silicone.

 155 5511

155 5519 rec

 

En attendant de faire le tirage, le silicone doit être remis en place dans les chapes pour éviter toutes déformations de la membrane.

 

-nettoyage de l’original :

 

Après le démoulage l’original doit être nettoyé et débarrasser de la modelin past et de la boue de sédiment ayant servi à boucher les lacunes. nous utilisons pour cela de l’alcool éthylique.

 

-tirage :

 

4 kg de résine vont être nécessaire pour faire le tirage. nous traiteront différemment les dents et le reste du crâne.

 

-dents :

 

Les creux des dents seront coulé en résine blanche. La résine doit couvrir toute la surface des dents sans déborder sur l’empreinte de l’os.

155 5523

 

            -résine teintée :

 

La résine est de couleur blanche, mais il est plus simple de faire une patine sur un tirage qui a déjà la couleur de fond de l’original. Pour cela, la résine sera teintée à l’aide de colorant universel. La résine est conditionnée en pots d’un kilo, pour le mélange de la couleur il est indispensable de réunir les quatre pots nécessaires dans un seul gros récipient. Les teintes utilisées sont : 43 gr de terre de sienne et 3gr noir.

 

            -estompage

 

Une fois le mélange fait, nous prélèvons 500 gr de résine dans le gros récipient. Ils vont servir à l’estampage d’une des parties du moule. L’estampage ce fait au pinceau (prévoir un pot d’acétone pour nettoyer le pinceau).

500 gr de résine sont à nouveau prélevés pour estamper l’autre partie du moule.

155 5528

155 5531

 

            -roto moulage

 

Les trois kg de résine restant vont être coulé dans la plus grosse partie du moule. L’autre chape est remise en place. Nous fermons bien le moule avec des élastiques  préalablement préparés. Une fois le moule fermé (l’opération doit être rapide afin que la résine n’ait pas le temps de commencer sa catalyser) nous le tournons toujours dans le même sens pour que la résine se dépose petit à petit et de façon uniforme sur toute la surface de l’empreinte. nous gardons le fond du pot ayant servi au mélange des 3 kg comme témoin, quand le fond du pot est sec, la résine à l’intérieur du moule est sèche elle aussi et nous pouvont arrêter de tourner le moule. Le démoulage est possible au bout d’une heure après avoir arrêté de tourner le moule. 

 155 5532

155 5537

155 5538

 

-patine :

 

nous utilisons pour la patine, de la gomme laque diluée dans de l’alcool éthylique à 95° et mélanger à des pigments naturels.

Une gomme laque peut diluer va donner un aspect brillant à la patine. Une gomme laque très diluer va donner quand à elle un aspect poudreux. Un jus peut chargé en pigment va permettre de jouer avec les transparences des différents jus appliqués pour la patine. Un jus très chargé en pigment ne permettra pas ce jeu de transparence.

 

            - première couche effacée

 

La première couche de la patine va servir à marquer les creux de la pièce. nous chercherons donc à reproduire la couleur des creux de l’original, puis nous l’appliquerons sur toute la pièce. Cette couche sera effacée sur toute la surface du tirage et ne restera que dans les creux.

 

            -deuxième couche, couleur os :

 

Il nous faux ensuite trouvé la couleur qui va faire ce rapproché le plus possible la couleur de l’original à celle de notre patine en tenant conte des nuances et des dégradés de l’original.

 

            -les nuances :

 

Les différentes nuances sont ensuite marquées séparément.

 

                       155 5577

 

Partager cet article

Repost 0
Published by moulage-et-prehistoire - dans moulage
commenter cet article

commentaires

O. Trotignon 20/05/2012 21:58

Bonjour,
comme promis, mais avec un peu de retard, j'ai ajouté un lien vers votre blog sur mon espace dédié à la vallée du Cher.
Bonne continuation,
O.T.